Des photos, des couleurs, du soleil

  • Escaliers des 416 marches
  • Les pierres de la Cathédrale
  • Les "Quatre Chemins" Ambatonakanga
  • Enfant ébahie
  • Applaudissements

Nouveau

Un sacré mélange de style

Comme en témoignent les colonnades du Palais des Premiers Ministres du temps de la royauté, l’architecture de Tananarive résulte d’un mélange à la malgache. Aux maisons traditionnelles pétries de significations astrologiques, on a ajouté les galeries ou varangues des îles, qu’on a agrémenté d’impostes aux formes les plus diverses, Jean Laborde a amené des inspirations sud-asiatiques en faisant le rapprochement avec la culture malgache, d’où les étranges motifs de certaines colonnes.

Le Palais d’Andafiavaratra est une commande du Premier Ministre Rainilaiarivony en 1872, exécutée par l’architecte anglais Pool dont on a largement critiqué le style inédit durant la colonisation française.

 

Les colonnes d'Andafiavaratra

Les colonnes d'Andafiavaratra

Publicités

Et partout des vues superbes

Mon rêve a toujours été de posséder une de ces vieilles maisons perchées ici sur la colline d’Antananarivo… Ici vue du haut de l’antique escalier à 416 marches…

Escaliers des 416 marches

Escaliers des 416 marches

On restaure ce qu’on peut, mais il y en aurait tellement à restaurer

De temps en temps, des belles bâtisses renaissent, ayant eu la chance d’appartenir à un riche acquéreur, ou à un illustre héritier. Mais la grande majorité des maisons périclitent victimes de l’indivision, négligences d’un passé où « on n’aimait pas faire les papiers », ou simplement par manque de moyens…

Ici la Cathédrale d’Andohalo tout juste rénovée, dans le quartier le plus vieux de la ville d’Antananarivo.

Cathédrale d'Andohalo, Antananarivo

Cathédrale d'Andohalo, Antananarivo

Promenade dans la vieille ville d’Antananarivo

Pour avoir vu Stone Town à Zanzibar, qui mérite amplement d’avoir été classé patrimoine mondial de l’UNESCO, je suis toujours admiratif devant l’originalité d’Antananarivo, par sa situation, son histoire unique sur le continent africain, par son architecture singulière, et surtout par les magnifiques points de vue à chaque coin de la colline.

En regardant au delà des délabrements et des erreurs architecturales post-années 70, je trouve que cette cité a énormément de … potentiel ; mais ça reste un point de vue personnel…

Les pierres de la Cathédrale

Les pierres de la Cathédrale

 

Ici aussi, la modernité a sa place…

Vue sur l’ancien quartier des « quatre chemins », où se côtoient immeubles résolument modernes et briques taillées à l’ancienne…

Les "Quatre Chemins" Ambatonakanga

Les "Quatre Chemins" Ambatonakanga

Modernisme, les ravages du fric et d’une ville sans loi…

On va peut-être me trouver vieux jeu, mais sincèrement je trouve que cette ville n’aura plus aucun intérêt si ses coquettes maisons traditionnelles sont remplacées petit à petit par des immeubles, certes grands et riches mais totalement impersonnels et masquent petit à petit la colline…

Ici, le plan d’urbanisme appartient à celui qui a le plus de fric ; il n’y a pas de règle, pas de protection du patrimoine et de l’ancien, on effacerait volontiers l’histoire pour la remplacer par des hôtels… L’endroit se trouve à Ambondrona, on est aux portes du quartier historique ; la rue n’a plus rien d’une vieille ville, et ça ne fait que commencer…

 

Ambondrona, il de reste pus que les pavés

Ambondrona, il de reste plus que les pavés

Les escaliers de Tana

Je me suis toujours dit que mes plus belles promenades dans cette ville sont celles qui sont les  moins accessibles aux touristes : les ruelles escarpées et escaliers qui débouchent toujours sur des points de vue surprenants. Cette ville malgré ses airs pseudo-européens, reste un ville traditionnelle avec ses terrassements et ses sentiers parfois vieux de plusieurs siècles, ses maisons de brique dont l’architecture est la résultante d’une longue histoire pendant la royauté et au début de la colonie…

Attention cependant, si vous êtes un touriste, les sentiers de Tana sont de plus en plus dangereux, et même en dehors de ça, il faut savoir déceler la beauté derrière… les odeurs 🙂

Escaliers de Tana

Escaliers de Tana

Un Noël très spécial, Part 7

A voir leur ferveur, on pourrait croire que c’est véritablement le moment le plus important de l’année pour eux ; tout le monde est en scène, on applaudit, on rit aux scènes de théâtre… On est loin des rendez-vous annuels dans les rayons jouets des grandes surfaces…

Enfant ébahie

Enfant ébahie

Un Noël très spécial, allez, je chante « Amazing Grace », Part 6

A la demande de ma belle soeur, j’ai poussé la chansonnette non sans beaucoup de gêne : avec leur condition de vie, dans leurs taudis, ils chantent déjà tous avec beaucoup de justesse et de l’émotion. « Il vient de l’étranger et il chante », j’entends des murmures de curiosité… J’ai la pression, ils attendent beaucoup de celui qui a la chance de vivre ailleurs qu’ici. J’ai chanté, et ai été applaudi, mais pas sûr que j’ai mieux fait qu’eux finalement…

Applaudissements

Applaudissements

Un Noël très spécial, Part 5

Sous les projecteurs, des visages durs se mêlent à d’autres plus chanceux rafraichis par les fards. Malgré tout le rêve est permis ; certains s’en sont sortis tout en ayant commencé comme tous les autres à faire des petits métiers de la grande débrouille… Et ceux qui ont réussi ne doivent pas oublier les autres, pas comme chez les riches…

Sous les projecteurs

Sous les projecteurs

%d blogueurs aiment cette page :